2012 – Ferme du Casage

Rencontre autour de l’installation collective à la ferme du Casage

A l’occasion de cette première rencontre, 45 personnes se retrouvent dans un cadre
propice : 3 jours à la Ferme du Casage, dans la Drôme Provençale.

Tou.te.s les participant.e.s sont au centre du processus collectif de création de savoir. Ainsi, la méthodologie de ces rencontres s’inscrit dans une pédagogie qui se veut participative, dialogique, émancipatrice, praxique (équilibre entre action et réflexion), et cherche à développer toutes les dimensions de l’être humain (émotif, sensitif, intellectuel, artistique, pratique…). Dans cette même logique de partage, l’autogestion se retrouve au cœur des pratiques de Teth-Bêche, c’est pourquoi elle cherche à l’expérimenter sous différentes formes à travers ces rencontres.

Si le groupe a pointé 40 choses à (ne pas) faire pour faire « foirer » un collectif, il a surtout pris le temps d’expérimenter des outils de réflexion/actions pour DEFINIR et FACILITER le PROJET COLLECTIF.

Des méthodes d’éducation active ont été mises en place pour faciliter les échanges et mutualiser les connaissances en abordant toutes les thématiques de manière interactive et dynamique. Le séjour a donné lieu à une synthèse par atelier.

Organisation collective
Favoriser les prises de décision
Horloger philosophe
Place de l’individu dans le collectif
Pas à pas : chronologie de Projet
Economie d’énergie et éco-construction
Jeu de Rôle
Observer et agir sur une « organisation » collective qui dysfonctionne
Mieux se connaitre soi-même et savoir se situer dans un collectif
Brise Glace
Souffleur populaire
Expérimenter la mise en place d’une relation de confiance, à soi et aux autres.
Mise à disposition de ressources bibliographiques
Théâtre forum
Concerts participatifs
Autogestion
etc…

Des pistes de réflexion………quelques clés pour une installation  collective……………..

La base du travail collectif : la communication…
Etablir des relations de confiance…
Penser à la facilitation des échanges et réunions, pour des prises de parole et de décision équitables qui visent à établir un consensus par l’écoute mutuelle. Consolider le groupe à travers des outils sensibles qui permettent, sans usage de la parole direct, d’instaurer différemment un rapport à l’autre.

                       …et la définition de bases communes.
Réfléchir nos pratiques…
Nécessité de réaliser un travail de réflexion de fond pour échanger sur les différentes visions du monde et définir l’identité du projet collectif. Quelle est sa place dans la société ? Sa portée d’action ? Ses références idéologiques ? Quelle est le fondement / l’intérêt / le sens de nos pratiques ? Comment les améliorer ? Comment être le plus cohérent  possible entre théorie et pratique ? Entre les individus et le collectif ? Autant de questions et bien d’autres qui sont à évoquer dès le début du projet et tout au long du processus.

                                                La portée collective du projet est à relativiser…
Expliciter le rapport individu/collectif …
Importance de clarifier l’équilibre entre les intérêts et besoins individuels et collectifs à travers des relations saines, sincères et dialogiques. Quand les différences ne sont pas complémentaires, il reste l’écoute, la compréhension et la solidarité.

                                                                                                … pour la rendre équitable.
Anticiper une éventuelle rupture, autant en termes humains que juridiques, permet de rendre plus flexible le projet, et de laisser plus de place à chaque membre du collectif. Importance également de prévoir la gestion des éventuels départs, arrivées, naissances, retraites, accidents, conflits conjugaux…sans pour autant tomber dans la planification.

Des démarches d’installation propre à chaque collectif…
Chronogramme de l’installation
Importance de mettre en place une méthodologie de projet dès le début du processus. Pas de démarche modèle mais des étapes clés à anticiper et considérer (ci-dessous quelques points, ne pas tenir compte de l’ordre).

Constitution du noyau de base (ouvert ou fermé selon les cas)
Acquisition du foncier
Définition de l’organisation sociale (interne au collectif)
Définition des attentes personnelles
Définition du projet collectif
Intégration des disponibilités, compétences, moyens de chacun
Recherche / exploration / documentation / formation /
Rencontre d’acteurs et de réseaux
Définition des stratégies de communication
Installation
Evaluation des objectifs et de l’épanouissement de chacun
Recherche de financements
Insertion dans les dynamiques locales
Création de la structure juridique et définition de ses statuts
Redéfinition et adaptation des objectifs
Diversification des activités
Anticiper les séparations/transmissions
etc.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s